AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Zone Event :: #1 - Bal Masqué Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

#6 - Le signe de l'Aigle : Alan et Lucien

avatar
Anna O'nyme
Journaliste
MESSAGES : 23
DATE D'INSCRIPTION : 10/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Mai - 11:35




L'Aigle

Les masques ont été piochés. Vous avez reçu le masque brun et blanc, symbole de la force de l'Aigle. Une petite musique d'ambiance joue en fond, les invités sont idéalement répartis dans le parc. Le buffet est disposé en cercle au centre du parc, tout autour de la fontaine. Un peu plus loin, des serveurs en costume servent des boissons bien évidemment non alcoolisée. Face à eux, la piste de danse, entourée de baffes qui diffusent le son et au bout, la cabine du DJ. Il est 19h, les premières danses ne devraient pas tarder à arriver. Mais pour l'heure, vous devez retrouver votre partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alan Kobayashi
Super-héros
MESSAGES : 20
DATE D'INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 22
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Mai - 21:44


♦ Event #1 Bal Masqué - Le signe de l'Aigle

Un bal masqué obligatoire pour tout le quartier... Sérieusement ? Quelle idée stupide. Encore un coup de cette Chloé Bourgeois, hein. Inutile de le préciser, mais Alan n'aimait pas ce genre d'événement. Si il avait le choix, il n'y serait pas allé. Mais il semble qu'il n'avait pas le choix. Obligatoire, ça veut dire ce que ça veut dire; et il ne voulait pas vraiment prendre le risque de l'ignorer, sinon il sentait qu'il allait le regretter, si jamais la menace de "travaux forcé" était réelle. Autant y aller pour faire acte de présence, ça ne pourra pas lui faire de mal, tant qu'on le laisse tranquille et qu'on ne le force pas à danser.

Il avait tiré le masque de l'aigle. Un masque brun, représentant un rapace... Ironiquement, cela lui faisait penser à son miraculous, tiens. Ne dit-on pas que le hibou est une sorte d'aigle de la nuit ? Qu'importe. Il devait donc trouver l'autre personne qui avait le masque de l'aigle. Et passer la soirée avec cette personne ? Vraiment, quelle idée... Il soupira en voyant ses parents qui commençaient déjà à s'éloigner, à la recherche de leur partenaire à eux. Bon, espérons juste qu'il n'allait pas tomber sur quelqu'un qui voudrait absolument aller sur la piste de danse. S'il pouvait même éviter de s'en approcher, ça l'arrangerait, la musique d'ambiance l'énervait déjà assez comme ça.

En fait, s'il pouvait même ne même pas trouver son "partenaire", ce serait pas plus mal. Il n'avait même pas envie de le chercher, et personne ne pourrait lui en vouloir de ne pas avoir trouvé une personne précise parmi tout ce monde... Il se contenta d'aller demander une boisson à un serveur qui passait non loin de lui, puis parti s'adosser contre un arbre. La soirée allait être longue...


Alan parle d'une voix monotone en #191970 & Naoss bavarde beaucoup trop en #CD853F
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lucien Meyer
Super-héros
MESSAGES : 20
DATE D'INSCRIPTION : 07/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Mai - 23:04
S’il vous plaît. Que quelqu’un me tue. M’assassine. M’étrangle. M’étouffe. Me… je ne sais pas, tout ce que vous voulez, mais je veux juste disparaître, là, maintenant, tout de suite. Je veux mourir. Vraiment. Laissez-moi rentrer à la maison. Je n’ai pas demandé à venir. Je n’ai aucune envie d’être ici. Mes parents ne sont même pas d’accord non plus pour que je sois là, tout ‘seul’ au beau milieu d’un parc en pleine nuit. Enfin, en tant que Tempo, ça serait passé. Mais pas comme ça. Ça craint à mort. Tout ça pour quoi ? Un soi-disant bal masqué obligatoire, dont Eden m’a parlé grâce à un blog apparemment ultra connu. C’est certainement la plus mauvaise blague à laquelle j’ai eu droit depuis que je me suis installé à Paris. La plus mauvaise !

« Ça va, Lucien. Tout va bien se passer, je suis là pour veiller sur toi ! »

Astral, tu ferais mieux de rester caché au lieu de faire le malin ! Tu n’es pas toujours très futé, toi ! Et tu es celui qui me fait la morale de ne pas dévoiler mon identité ! Je m’approche d’une caisse pour tirer un masque à mon tour. Un masque brun et blanc. Charmant. On m’indique qu’il représente l’Aigle. Cool. Vous ne vous êtes jamais dit que les rapaces et les lapins, ça ne faisait pas bon ménage ? Allez Lucien, souris. Souris, sinon tu vas te faire remarquer. Alors je souris, un large sourire enthousiaste. Cet habituel sourire pour tromper la foule environnante. Je vais ‘bien’, après tout ! Comme tout le monde ici présent ! Je vais ‘bien’ ! … ou pas. Mais ça n’a pas d’importance. Je souris quand même. Les organisateurs me précisent que je dois trouver la personne portant un masque similaire au mien. Oh, passionnant.

Posant le masque sur mon visage, sourire aux lèvres, je finis par entrer – de loin – dans la foule. La musique est encore calme, à peine entraînante. Je n’ai pas vraiment de goût en matière de musique, mais celle-là, je ne l’aime pas. Genre, pas du tout. Puis, il est hors de question que qui que ce soit me touche. Je reste assez proche de mes parents dans un premier temps. Mais ceux-ci finissent par me dire qu’ils ont trouvé le partenaire et s’éclipsent. Zut. Ça craint vraiment. Combien je parie que ce cher ‘farceur’ est déjà arrivé ? Et probablement dans une tenue extravagante, tel que je le connais ? En fait, si je peux éviter de le croiser, ça m’arrangerait tout aussi bien.

Contournant largement la foule, le buffet inaccessible par tout ce monde, je reste à bonne distance de chaque individu, les mains fourrées profondément dans mes poches, la veste remontée fermée jusqu’au col. Un pantalon long, des manches longues, des chaussures. Personne ne peut me toucher. Je n’ai franchement aucune envie de danser. Danser signifie entrer en contact avec le partenaire. Donc celui-ci peut toujours rêver d’être le Roi ou la Reine du Bal.

Je. Veux. Rentrer. Chez. Moi. Merci. Ah, tiens, en voilà un autre qui semble bien exaspéré d’être ici, comme moi, même si je le montre moins que lui et son air blasé. Il est littéralement appuyé contre un arbre. Peut-être qu’il a l’espoir de se fondre à l’intérieur de celui-ci. C’est tellement beau de rêver. Le rêve est le propre des innocents, ce que je ne suis plus. J’allais juste poursuivre mon chemin quand quelque chose attire mon attention. La couleur et l’apparence de son masque. Brun et blanc. Une allure un peu plumeuse et pointue pour le nez. Oh pitié, ne me dites pas… oh si. Il faut croire que si. Tout mais pas ça ! J’espérais tellement ne pas trouver mon partenaire en restant loin de tout ce monde ! Pourquoi a-t-il fallu que je le trouve ? Bon, voyons le bon côté des choses, il a guère l’air passionné par cette fête aussi. Je m’avance, toujours avec ce grand sourire joyeux, levant légèrement la main en guise de salutation.

« Salut ! Alors comme ça, il semblerait que tu sois mon partenaire de ce soir ! Ravi de faire ta connaissance ! Bon, je te préviens d’avance, je ne sais pas danser ! »


« Enjoy every moment ! »

Lucien parle en #C72C48.

Astral parle en #87CEEB.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alan Kobayashi
Super-héros
MESSAGES : 20
DATE D'INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 22
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Mai - 0:16


♦ Event #1 Bal Masqué - Le signe de l'Aigle

Les minutes s'écoulaient, Alan n'avait pas bougé et restait seul dans son coin. Finalement, il était bien là. Enfin, "bien", c'était vite dit, il aurait largement préféré être chez lui, mais rien ni personne ne venait le déranger pour le moment, alors tout allait pour le mieux. Même Naoss se montrait discret, c'est dire. Malgré qu'il soit plutôt bavard en temps normal, le petit kwami n'avait pas dit un mot depuis qu'ils avaient quitté l'appartement. Se plongeant dans ses pensées, Alan commençait presque à oublier l'agitation autour de lui et surtout cette musique agaçante qui tournait depuis l'ouverture du bal. Presque. C'est là qu'il senti quelqu'un s'approchait de lui. Le lycéen releva les yeux pour apercevoir un garçon aux cheveux blancs.

« Salut ! Alors comme ça, il semblerait que tu sois mon partenaire de ce soir ! Ravi de faire ta connaissance ! »

...Et mince.

Le fameux partenaire. Le garçon portait effectivement le même masque que lui. Alan espérait qu'en restant à l'écart, il ne le croiserait pas, mais il faut croire qu'il s'était trompé. En y réfléchissant, ça paraitrait presque logique. Il était bien plus visible en étant seul à l'écart de la foule, qu'en étant au beau milieu du groupe. Alan se contenta d'un simple signe de tête et d'un « Salut. » à peine audible pour toute réponse. Histoire de se montrer poli quand même, même si il n'était pas aussi enjoué, ni même ravi de cette rencontre, que ne semblait l'être son camarade. L'autre enchaîna assez rapidement, précisant qu'il ne savait pas danser. Ah. Bah, c'était pas plus mal comme ça.

« ...J'avais pas l'intention de danser.»

Il n'ajouta rien de plus, parce qu'il n'avait rien de plus à ajouter. Buvant ce qu'il restait de son verre de jus de pomme, il détourna en même temps les yeux de son partenaire pour regarder ce qui se passait aux alentours. Pas que ce soit bien intéressant, cela dit. Mais il n'accordait pas vraiment d'importance à la présence de l'autre garçon non plus. Il voulait pas danser, Alan non plus, le problème était réglé, la discussion était close.


Alan parle d'une voix monotone en #191970 & Naoss bavarde beaucoup trop en #CD853F
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lucien Meyer
Super-héros
MESSAGES : 20
DATE D'INSCRIPTION : 07/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Mai - 1:39
Un sourire. Un grand et large sourire. Empli d’enthousiasme et de bonne humeur. Un ton très enjoué, et le tour est joué. Il n’y a pas vraiment besoin de forcer pour paraître aller ‘bien’. C’est vite devenu une habitude, pour moi. Un sourire enfantin et innocent, mais bourré de joie. Un regard rieur. Une expression qui donne envie de s’approcher, de parler avec moi. C’est si simple, tout le monde tombe dans le piège, tout le monde y croit. Je joue si bien le jeu. Une personne peut deviner à quel point je mens. Une seule : Eden. Lui qui a fait ma connaissance avec Astral pénètre dans ma vie. Lui seul peut percer ces mensonges sans mal. Ça ne me préoccupe pas vraiment, tant qu’il ne le hurle pas sur tous les toits, tant qu’il laisse les autres se faire avoir. Ainsi, pour chaque personne que je croise, je semble aller ‘bien’. Et ça continuera comme ça. Parce que je n’ai pas l’intention de changer. Ni maintenant, ni jamais.

Donc, mon cher, cher partenaire va devoir ‘deal’ avec cette fausse gaieté, comme tous les autres avant lui. Au moins, son côté blasé clairement voyant me dit sans le moindre doute qu’il n’a pas envie d’être là. Et moi, ça me convient parfaitement. Franchement, je n’aurais pas pu trouver meilleur partenaire que ce gars dont la couleur de cheveux s’oppose littéralement à la mienne : noir de jais. Une tenue sombre et des yeux tout aussi ténébreux. Ou il s’est cru à un évènement funèbre, ou il s’est pris pour un corbeau, ou il s’agit de sa tenue habituelle. Dans tous les cas, cette tenue banale, comme la mienne, appuie sur son dégoût d’être là. Notre duo tranche tellement avec les autres, bien habillés, réellement joviaux, qui semblent se plaire à cette immense fête. Quel bande d’enfants, tous autant qu’ils sont. Adultes, adolescents, gamins. Tous sans exception. La ‘réalité’ est-elle donc si facilement pour tous ces gens, ou cherchent-ils juste à la fuir ? Quel ennui. Je veux rentrer chez moi. Ces personnes m’ennuient.

Sauf que je suis obligé de rester et de ‘participer’. Ouais. ‘Participer’ est un grand mot. J’ai trouvé mon partenaire, on m’a conseillé de danser avec lui pour remporter le soi-disant titre ‘Roi du Bal’. Comme si un titre pareil m’intéressait. C’est bien le genre de titre qu’Eden voudrait gagner à tout prix, cependant. Je suis persuadé qu’il est quelque part dans cette foule, qu’il a déjà trouvé son partenaire et l’a déjà entraîné dans une danse de fous. Ouais, c’est vraiment son genre. Ah. Notre troisième camarade du fond de la classe doit être là, elle aussi. Alix. Un peu fofolle sur les bords. Hum… je la vois bien danser avec plaisir, elle aussi. Et manger beaucoup. Surtout manger, en fait. Elle paraît pas mal gourmande. Bref. L’un ou l’autre, je suis sûr qu’ils pourraient avoir le titre de ‘Roi ou Reine du Bal’.

D’une voix incroyablement faible, limite imperceptible, j’entends la réponse à mon salut de mon partenaire ‘parfait’. Puis, sur ce même ton qui demande presque de mettre fin à son supplice d’acte de présence, il ajoute qu’il n’a aucune intention de danser. PARFAIT ! Juste parfait ! Merci, mon dieu ! Ah non, dieu n’existe pas. Pitié, ne me parlez pas de dieu. Lui, je lui cuisine dans mon prochain plat, tellement je suis sûr qu’il ne sert à rien. En tout cas, mon partenaire n’a pas l’air plus décidé que moi à se lever pour rejoindre la piste de dance. Génial, je ne pouvais vraiment pas rêver d’un meilleur binôme. J’ai la paix pour toute la fête, littéralement. Mais bon, tant que je suis là, et que j’ai légèrement la flemme de revenir le chercher partout s’il décide de changer de place, pourquoi ne pas lui parler un peu ? Ou plutôt, le forcer à parler de lui ?

« Toi, quelque chose me dit que tu es heureux d’être là ! J’ai raison, n’est-ce pas ? N’est-ce pas ? »

De nouveau, je me suis approché un peu sur mes derniers mots, mais en laissant une assez bonne distance entre nous. Mon sourire lumineux toujours aux lèvres. Tu peux aussi ne pas répondre, ça m’arrangerait. Te parler ne m’intéresse pas plus que ça. Mais c’est pour mieux jouer le jeu que je fais ça. C’est lourd, en vrai.


« Enjoy every moment ! »

Lucien parle en #C72C48.

Astral parle en #87CEEB.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alan Kobayashi
Super-héros
MESSAGES : 20
DATE D'INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 22
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Mai - 2:54


♦ Event #1 Bal Masqué - Le signe de l'Aigle

Il devait passer la soirée avec son partenaire. C'est bien ce qu'il comptait faire. Alan était prêt à passer la soirée avec lui. A rien faire et en silence, sans bouger de cette place parfaite, tranquille, et vide, qu'il s'était trouvé, adossé contre l'arbre; mais il passerait la soirée avec ce type. C'est du moins ce qu'il aurait voulu faire, mais bien sûr, ça aurait été trop beau que son partenaire soit d'accord pour rester des heures sans rien dire, hein ? Alan ne comprenait pas pourquoi les gens avaient tous cette manie de vouloir parler à tout prix, comme si le silence leur était insupportable...

Il ne savait pas qui était ce type, mais il était lourd. Pire que Naoss. Ouais, Naoss est super bavard, mais encore, ça va, il est supportable, et puis au fond, Alan apprécie sa compagnie. Ouais, d'accord, c'était pas si mal d'avoir quelqu'un à qui parler de temps en temps, mais même. Naoss, lui, il ne semble pas le forcer à lui répondre. Il ne lui parle pas avec ce trop plein de bonne humeur et cet air ironique et cette espèce de "hé, parle moi, parle moi, parle moi !". Bon, ça ne veut rien dire, mais soit. Que cet albinos ne veuille pas danser, c'est une chose, et ça arrangeait bien Alan; mais maintenant, si il pouvait juste se taire, s'asseoir, et ne plus dire un mot, ça l'arrangerait aussi.

Franchement, il avait même pas envie de lui répondre. Il pourrait bien au moins lui dire de se taire, mais il voulait même pas gaspiller sa salive pour ça. "Quelque chose me dit que tu es heureux d'être là", ouais, ouais, c'est ça. Totalement. Il avait d'autres trucs aussi intelligents à dire, celui-là ? Alan le fixa quelques secondes, toujours de ce même air inexpressif dont il avait le secret. Non, il ne lui répondra pas. Ça n'en valait même pas la peine, ce type comprendra parfaitement qu'Alan n'est pas vraiment ouvert à la discussion. Ce soir-là encore moins que d'habitude.

Il finit quand, déjà, ce bal ?


Alan parle d'une voix monotone en #191970 & Naoss bavarde beaucoup trop en #CD853F
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lucien Meyer
Super-héros
MESSAGES : 20
DATE D'INSCRIPTION : 07/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Mai - 11:09
Ouais, eh bien, ce n’est vraiment pas ça. Dire que je fais tant d’efforts pour ‘discuter’, même si je n’en ai aucune envie… mais ce gars m’ignore tout simplement. Ni plus, ni moins. Oh, il a daigné m’accorder un regard. Si son expression reste inexpressive, la lueur dans ses yeux, elle est remplie d’ennui, qui semble me communiquer parfaitement ‘tais-toi, tu m’énerves’, enfin bon. Maintenant que j’ai commencé à jouer le Lucien qui va ‘bien’, changer d’attitude serait… clairement anormal. Je peux toujours diminuer mes questions. Rien de plus. Au moins, c’est sûr et certain qu’on ne fera rien de cette soirée, et c’est juste… parfait. Parfaitement parfait. Ah ! Quelle soirée sublime ! Même si j’aurais préféré la passer chez moi !

Me détournant un instant de mon ‘adorable’ partenaire, je m’attarde sur la foule qui bavarde bruyamment un peu partout dans le parc. Je cherche mes parents du regard. Je ne les trouve pas. Je cherche Eden et Alix du regard. Avec ces masques et tous ces gens, je ne les trouve pas non plus. Pourtant, un gars aux cheveux blancs et une fille aux cheveux roses, ce n’est guère discret. Je soupire silencieusement. Astral sort légèrement la tête de l’intérieur de ma veste bleue foncée et lève ses grands yeux bleu azur vers moi. À mon tour, je baisse la tête vers lui, et lui adresse un petit, vraiment petit sourire.

« Tu sais, tu pourrais arrêter de lui mentir, ça ne sert à rien. »


Ah, Astral ! Tu es tellement un génie, parfois ! Et la discrétion n’est vraiment pas ton fort, aussi bas que tu puisses parler ! Non que ça me dérange vraiment. Je n’y réponds pas, pour éviter de donner l’impression de parler tout seul. Je ne peux pas cesser de lui mentir, c’est ainsi, je joue le jeu. Ça ne changera pas, quoi qu’il arrive. Ce rôle si ‘parfait’ et ‘innocent’. Je repousse le petit Kwami blanc dans ma veste avant de la refermer. Puis, je me retourne à nouveau vers l’autre gars ténébreux, recouvrant mon large sourire faussement enthousiaste. Il a vraiment dû confondre bal et enterrement. Je ne suis pas vraiment mieux, j’ai tout autant de couleurs sombres en guise de vêtements. Surtout du bleu foncé, en fait.

Calmement, je viens m’asseoir dans l’herbe un peu humide à cause de la fraîcheur du soir. Je laisse une bonne distance d’au moins cinq mètres entre mon partenaire et moi. Je n’ai rien dit d’autre, puisqu’il ne m’a pas répondu. J’ai laissé volontairement ce silence, avant de reprendre dans quelques temps. Ce que je vais lui demander ? Oh, des trucs aléatoires. Quoi ? Il y a une règle qui interdit de demander le nom de son partenaire ? Pourquoi je devrais jouer à ce jeu barbant de masque ? Ouais, okay, je le joue à moitié car j’ai la flemme d’enlever le masque. Mais je peux toujours me présenter. Ou lui demander de se présenter en premier. À voir s’il veut ou non. Peu importe, ça m’est égal. C’est juste pour ‘garder le rôle’.

« Dis, tu t’appelles comment ? »


« Enjoy every moment ! »

Lucien parle en #C72C48.

Astral parle en #87CEEB.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alan Kobayashi
Super-héros
MESSAGES : 20
DATE D'INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 22
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Mai - 17:21


♦ Event #1 Bal Masqué - Le signe de l'Aigle

L'albinos semblait au moins avoir compris qu'il n'aura pas de réponse à sa stupide question. Laissant quelques temps s'écouler sans qu'Alan ne dise un seul mot, il avait finit par se concentrer sur la foule plus loin, comme l'avait fait Alan juste avant d'ailleurs. Sans doute que cette foule était plus intéressante. Probablement. On pouvait pas dire qu'Alan soit quelqu'un de bien intéressant de toute façon. C'est pas comme si il cherchait à l'être, il se fichait pas mal de ce que les autres pouvaient penser de lui.

Le garçon se retourna de nouveau vers lui, toujours affichant ce large sourire sur son visage. En fait, Alan se demandait quand même ce qu'il pouvait penser au fond de lui. Ce type était trop souriant à son goût. Il semblait trop heureux d'être là. Pourtant, si ce bal lui plaisait autant, il devait être sacrément déçu qu'Alan soit son partenaire, non ? Alors il ne devrait pas sourire autant. Ou alors c'était ce genre de type qui souriait en toutes circonstances, qui s'amusait vraiment d'un rien, ou qui aimer juste embêter les autres. Allez savoir. Alan n'était pas un psychologue. Il ne savait pas à quoi penser ce type dans sa tête, et il n'avait pas envie de se torturer l'esprit à essayer de comprendre. Ce type était ennuyant, c'est tout.

« Dis, tu t’appelles comment ? »

Et voilà.

C'était décidément trop demander d'avoir la paix juste pour une soirée ? Oui ? Sans doute. L'albinos s'était assis à plusieurs mètres de lui, et avait bien tenu quelques temps sans dire un mot, mais il faut croire que la tentation avait été trop forte. Ce n'est pas qu'Alan détestait vraiment le fait que les autres passent leur temps à parler. C'est surtout qu'il n'aimait pas qu'on LUI demande de parler. Il n'aimait pas parler. D'ailleurs, un bal masqué, c'est pas censé être, genre, anonyme ? Bon, les règles du bal, il s'en fichait pas mal, même si jusque là il les avait plutôt bien respecté, mine de rien : il avait mis son masque, et il restait avec son partenaire.

Mais ça lui était bien égal qu'on sache qui se cachait sous le masque de l'aigle, c'est clair. C'est pas comme si il devait absolument le cacher, c'est pas comme une identité secrète de super-héros non plus. D'autant que si il croisait des camarades de classe, vu son comportement, il avait même pas besoin de donner son nom pour qu'ils devinent qui il était. Raaah... Il soupira intérieurement, avant de donner une réponse. Par politesse. Même si il ne comprenait pas bien l'intérêt.

« Alan. »

Clair, net, précis. Rien à ajouter. Demander le prénom de son partenaire à son tour ? Il en avait strictement rien à faire de son prénom. Et il ne voulait pas discuter avec lui, déjà. Donc non, il n'alimentera pas la discussion. Il se contentera de répondre aux questions stupides que lui posera l'autre, si ça peut lui faire plaisir, mais qu'il ne compte pas sur lui pour tenir la discussion toute la soirée...


Alan parle d'une voix monotone en #191970 & Naoss bavarde beaucoup trop en #CD853F
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lucien Meyer
Super-héros
MESSAGES : 20
DATE D'INSCRIPTION : 07/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Mai - 1:18
Demander le prénom, c’est fait. Non, parce que je n’ai vraiment aucune intention de respecter les règles du bal masqué. Sauf peut-être le port du masque et de rester avec mon partenaire. Le reste, ça me passe au-dessus. Littéralement. Et cette question en est la preuve. D’accord, ils ont dit ‘masqué’, mais ils n’ont pas dit ‘interdit de demander le nom du partenaire’. Donc… on s’en fout, non ? Moi, je m’en fous. J’ai demandé, et je ne reviendrai pas sur ma question. Au choix, si mon collègue de soirée est partant pour ignorer les règles aussi. Avec son air de blasé disant toujours clairement ‘laissez-moi rentrer, je n’ai pas demandé à être là’, je suppose qu’il s’en fiche pas mal aussi. Au moins, ça nous épargne les surnoms ridicules, ou des moyens de nous interpeller comme ‘hey, toi’.

Un autre silence se pose suite à ma question. Enfin, si on peut appeler ce brouhaha incessant en arrière-plan ; silence. Sérieusement, je vois des duos qui se précipitent pour aller danser. Ça ne tourne pas rond dans leur tête. Comment peuvent-ils apprécier danser, déjà d’une ? Et comment peuvent-ils danser sur une musique aussi… aussi peu entraînante, déjà de deux ? Comment ? Il faut vraiment qu’ils n’aient qu’un grain dans la cervelle. Ou alors qu’ils soient vraiment ‘holé-holé’ dans leur tête. Ouais, des gens qui ont une vision un peu ‘idéale’ du monde, en somme. Je ne sais pas trop si je les envie. Je n’ai pas tellement eu le temps de connaître cet ‘idéal’. Le monde m’a vite fait découvrir sa ‘face cachée’. Sa mauvaise ‘face’. Sa ‘réalité’. Le ‘bien’ n’existe jamais sans le ‘mal’. Les super-héros et les super-vilains en sont la preuve numéro une, d’ailleurs.

Parfois, ouais. Je crois qu’il arrive que j’envie toutes ces personnes qui respirent la ‘joie de vivre’. Cette joie que j’imite par excellence. Cette joie que je possédais avant. Cette joie à laquelle j’ai été arraché sans que je ne puisse donner mon avis. Je me demande comment serait ma vie si ‘tout ça’ n’était pas arrivé. Serais-je toujours comme ces gens ? Plongé dans l’‘idéal’ ? Ce gars qui semble aussi très éloigné de ces personnes trop rêveuses… a-t-il vécu un certain traumatisme également ? Qui le maintient dans la ‘réalité’ ? À quoi peut-il penser, autre qu’à dégager de ce parc vite fait bien fait ? J’aimerais savoir s’il est ‘comme moi’, ou s’il est juste une exception qui a décidé de ne pas faire ‘mouton de Panurge’.

Au passage, il daigne enfin rompre le silence avec un mot court : Alan. Je ‘joue’ toujours. Je cligne des yeux, faisant semblant d’être surpris, faisant semblant de chercher de quoi il parle après ce ‘long’ silence. Puis, je finis par sourire. Toujours ce même faux sourire enthousiaste. Donc il s’appelle Alan. Je réfléchis, me remémorant le prénom de mes camarades de classe, mais aucun ‘Alan’ me vient. Non, il ne doit pas être dans ma classe. En même temps, ça ne me surprend pas vraiment, il a l’air un peu plus âgé de moi. En fait, ouais. Il paraît avoir le même âge qu’Eden. Peut-être qu’ils se connaissent, pour avoir été dans la même classe quand ils étaient plus jeunes. Hum… je suppose que je peux lui demander. Au moins, ça ouvrira la discussion. … tout compte fait, non merci. Je n’ai pas envie d’ouvrir une aussi large discussion, ça va me casser les pieds.

« Ravi de te rencontrer, Alan ! Moi, c’est Lucien ! »

Voilà, parfait. Les présentations sont faites, on peut passer à autre chose. Quoi ? Ça, je n’en sais rien. Je peux toujours lui demander en quelle classe il est. Des questions simples et courtes, mais qui ont le mérite de faire passer le temps, au moins. Quelle heure est-il, d’ailleurs ? Sans me gêner, je sors mon téléphone portable de la poche de ma veste et appuie sur le bouton de déverrouillage pour afficher l’écran avec l’heure numérique au centre : 19h09. Génial, ça ne fait que commencer. Et je n’ai aucune idée de quand ça se termine. Pas trop tard, j’espère. Je veux sincèrement me barrer assez tôt, si possible. Puis je rééteins l’écran et le range dans ma poche, avant de regarder Alan à nouveau :

« T’es en quelle classe ? T’es aussi à Françoise Dupont ? »


« Enjoy every moment ! »

Lucien parle en #C72C48.

Astral parle en #87CEEB.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alan Kobayashi
Super-héros
MESSAGES : 20
DATE D'INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 22
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Mai - 16:59


♦ Event #1 Bal Masqué - Le signe de l'Aigle

Toujours ce même sourire. Même si il avait un instant eu un air surpris sur le visage -quoi ? Alan était un nom si surprenant que ça ? Ou c'est juste que l'albinos était trop surpris qu'Alan ai répondu ?- il avait repris son sourire, qu'on pourrait peut-être qualifier d'"habituel", du coup. Il laissa quelques secondes s'écoulaient, sans doute qu'il réfléchissait à quelque chose. Peut-être qu'il avait l'intention de dire quelque chose d'intelligent comme réponse ? Ou qu'il pensait sérieusement qu'il devrait se taire ?

Non. Le voilà qui enchaine, répétant encore qu'il était ravi de le rencontrer -sérieusement, il l'avait déjà dit ça ! C'est pas connaitre le prénom de son interlocuteur qui allait changer son avis quand même, si ?- et donnant son prénom à son tour. Lucien. Super. Très utile à savoir. Sincèrement. Bon, vraiment, Alan ne s'en fichait pas tant que ça non plus. C'est vrai que c'est toujours mieux de pouvoir mettre un nom sur le visage des autres. Ça allait pas vraiment changer sa vie de se dire qu'il avait passé la soirée du bal avec "Lucien", mais au moins, il l'aura pas passé avec "un inconnu albinos". ...Non, oubliez, ça n'avait aucune importance en fait. Qu'il s'appelle Lucien ou pas, ça restait un inconnu albinos. Parce qu'aussi loin qu'il se souvienne, il n'avait jamais connu de Lucien. Et niveau albinos... Il y avait bien Tempo, mais, les super-héros, ça compte pas vraiment, hein ?

L'albinos, ou plutôt "Lucien", regarda rapidement son téléphone. Sans doute pour voir l'heure, ou lire un message ? Aucune idée. Alan n'était pas curieux au point de regarder en douce l'écran de l'appareil quand celui-ci s'était éclairé. Puis, il avait pas besoin de regarder l'heure pour savoir que le bal venait juste de commencer. Il avait même pas débuté en fait ! C'est vrai, la musique était toujours la même depuis plusieurs minutes. Ils avaient sans doute prévu de la changer aux alentours de 19h10 ou 19h15 ? Quand tout le monde sera là ? Donc logiquement, il n'était pas encore cette heure là... Le temps passe tellement lentement quand on s'ennuie. A ce moment, Alan se demandait pourquoi il n'avait pas pensé à amener de quoi s'occuper. Quelque chose comme un livre, ou une console de jeu, ça aurait fait l'affaire... Il avait dû se dire que ça ne se faisait pas, que ce serait impoli de jouer à la 3DS alone alors qu'on est invité à une soirée. Parfois, il n'aimait pas cette trop grande "politesse" qu'il pouvait avoir.

Enfin. L'albinos le tira de ses pensées en reprenant -encore une fois- la parole, pour poser -encore une fois- des questions sans intérêts. Mais en fait, "Lucien", il cherchait quoi exactement ? Il voulait juste faire la conversation, ou il essayait de deviner précisément qui se cachait sous le masque, histoire de revenir l'embêter plus tard si ils se recroisent ? Il avait pas intérêt à faire ça.

« Mouais... »

Mouais...? Mouais ? Fais un effort Alan, tu pourrais répondre avec plus de conviction que ça. Ou...pas. L'autre lui demandait sa classe et son école. Déjà, c'était ennuyant comme sujet de conversation. Ensuite, la musique venait de changer, et les deux secondes de surprise avait suffit à lui faire perdre le fil de la "discussion". Et surtout, c'était quand même hyper long de répondre "Je suis en première à Françoise Dupont." Sept mots. Trop long. Alors il a juste répondu à si il était "aussi" à Françoise Dupont. Parce qu'apparemment, ce type était dans le même lycée que lui. D'ailleurs, comment Alan avait fait pour ne jamais le remarquer ? Un albinos, ça passe pas vraiment inaperçu en général. Faut croire qu'ils n'avaient jamais eu la "chance" de se croiser dans les couloirs.


Alan parle d'une voix monotone en #191970 & Naoss bavarde beaucoup trop en #CD853F
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miraculous :: Zone Event :: #1 - Bal Masqué-
Sauter vers: